Eduardus Servatius Valentinus Maria Rutten <i>(Eduard)</i>
Menu text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour

Tous les résistants tombés au Limbourg NL

précédentbackprochain

Eduardus Servatius Valentinus Maria Rutten (Eduard)


 1923-08-12 Maastricht      1945-04-23 Flossenbürg, (21)
- Maastricht - Étudiant-e - déporté.e. du travail - personne cachée -

    Photo : Wikimedia →→→

    Trois des frères aînés d’Eduard Rutten étaient en cachette, et lui-même probablement aussi, car il était étudiant. Il fut arrêté à Maastricht lors d’une fouille dans la maison de ses parents. La famille habitait auparavant à Schinnen, lieu de naissance de son père. [1] Le même formulaire dans son dossier à l’Oorlogsgravenstichting (Fondation des sépultures de guerre) aux Archives nationales, vraisemblablement rempli par la commune de Maastricht, indique qu’il fut arrêté par les SS. Il est également répondu aux questions suivantes :
    8. Date de départ pour l’Allemagne : Juillet 1944
    9. Cause du séjour en Allemagne : Employé en Allemagne après une fouille de la maison. (Trois frères aînés, étudiants, se cachaient.) Après une tentative d’évasion, il fut transporté à B(uchenwald) [2] en Allemagne.
    La personne qui a rempli ce formulaire ne sait rien d’une tombe. Mais qu’il :
    mourut probablement lors d’un transport de malades du camp de Buchenwald vers Dachau ou lors d’un transport d’extermination depuis Buchenwald. Il était sur un transport au début d’avril 1945.
    Les personnes qui ont travaillé sur ce formulaire semblent avoir eu un problème pour distinguer Dachau [2] et Flossenbürg [3]. Flossenbürg n’était pas un sous-camp de Dachau, bien qu’il ait été érigé à partir de Dachau selon le même système. Le formulaire indiquait à l’origine comme lieu de décès : Dachau. A cela fut ajouté : région de Flossenbürg. C’est un long chemin vers le nord. [7.1]
    Il n’est pas clair non plus s’il fut déporté dans un transport de malades ou s’il dut partir à pied.
    L’explication de cette confusion est le grand chaos et la panique qui ont éclaté parmi les gardes des camps SS à l’approche des troupes alliées.
    Le transport d’extermination, mentionné dans le formulaire, fait référence à l’une des nombreuses marches de la mort (Todesmärsche) [4], que les SS mettaient en route vers la fin de la dictature nazie, afin de se débarrasser du plus grand nombre possible de prisonniers, et de les répartir sur une zone assez large le long des routes.
    Selon un ordre de Himmler, aucun prisonnier des camps de concentration ne devait tomber vivant entre les mains des Alliés. [6]
    Concernés étaient des Juifs, mais aussi de nombreux travailleurs forcés. L’une de ces marches allait de Buchenwald à Dachau. Peut-être Eduard Rutten était-il aussi parmi eux. Nous pouvons lire sur la Wikipedia allemande sous le titre Todesmärsche 1945 in Niederbayern comme suit [5] :

    Les marches de la mort de 1945 en Basse-Bavière étaient des marches de la mort de prisonniers du camp de concentration de Flossenbürg dans la phase finale de la Seconde Guerre mondiale.
    À la fin du mois d’avril 1945, une marche de la mort eut lieu de Buchenwald, près de Weimar, à Dachau avec environ 100 à 150 prisonniers, qui traversèrent en chemin les deux villages d’Obergraßlfing et de Grafentraubach. La population locale était prête à aider les prisonniers faibles et émaciés, tant que les gardes SS n’intervenaient pas.

    Grafentraubach, Graßlfing
    Sur la route entre Obergraßlfing et Grafentraubach [7.2], 21 prisonniers furent abattus. Leurs corps furent enterrés sur place, puis transférés au cimetière municipal d’Allkofen et enfin au cimetière d’honneur de Steinrain.

    A propos du 23 avril 1945, qui est indiqué dans son dossier comme étant la date de son décès, nous lisons :
    Stallwang/Rattiszell [7.3]
    Le 23 avril 1945, environ 3 000 prisonniers traversèrent Stallwang. Au total, 24 prisonniers y périrent, éparpillés dans le village. Les villageois enterrèrent les corps de manière improvisée. Plus tard, les Américains leur ordonnèrent de réinhumer les corps dignement dans le cimetière. Cependant, la marche de la mort ne continua pas par le village de Mitterfels, mais directement vers Straubing. Le 23 avril 1945 également, le cortège est passé par Rattiszell. Au total, 34 morts y furent enregistrés : 21 morts lors de la marche de la mort via Straubing et 13 morts lors de la marche via Mitterfels/Bogen. Une marche est également venue de Hankenzell, où cinq morts furent retrouvés exactement à l’emplacement actuelle de la pierre commémorative et 19 autres à proximité de la pierre. [5]

    Deux jours après la date officielle de la mort d’Eduard, une de ces marches de la mort traversa le village de Mitterfels. Vous pouvez trouver un article à ce sujet sur le site web local : Mitterfels et le 25. Avril 1945 [6]
    C’est peut-être dans l’un de ces villages que se trouve sa dernière demeure.

    1. https://www.nationaalarchief.nl/onderzoeken/index/nt00446/60df64a8-a136-11e8-828a-00505693001d?searchTerm=Rutten
    2. BuchenwaldDachau
    3. KZ Flossenbürg, Wikipedia • NederlandsDeutschEnglishFrançaisPortuguês
    4. Todesmärsche, Wikipedia • NederlandsDeutschEnglishFrançaisEspañol
    5. Todesmärsche 1945 in Niederbayern
    6. Arbeitskreis Heimatgeschichte Mitterfels
      Mitterfels und der 25. April 1945
      Schwester M. Tabitha Popp; Guido Scharrer: Kalenderblatt vom 25. April 1945: Zeitzeugen berichten vom Kriegsende und KZ-Todesmarsch (mitterfels-online.de)
      Scharrer Guido: Todesmärsche aus dem KZ Flossenbürg durch die Stadt Straubing und den Landkreis, Straubing 1995
    7. Open Street Map
      1. Flossenbürg
      2. Obergraßlfing – Grafentraubach
      3. Rattiszell – Stallwang
    8. https://oorlogsgravenstichting.nl/personen/131785/eduardus-servatius-valentinus-maria-rutten
    9. http://www.maastrichtsegevelstenen.nl/0.OORLOG/oorlog2c-verzet.htm
    Cette personne n’est pas ( encore ?) inscrite sur les murs de la chapelle. #