Menu16 Sept 44<br>Mémoires de Pierre Schunck text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in EnglishCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
image précédenteretour Indeximage prochaine

16 Sept 44
Mémoires de Pierre Schunck

Original : 2464 × 3472 px

la population de Berg se trouvait. Cela a suscité une certaine confusion parce que les gens pensaient qu’ils étaient déjà libérés.
Le tour par la route vide s’est déroulé sans problème, même si de temps en temps depuis les hauteurs près de Schimmert est venu de feu d’artillerie des Allemands de l’autre côté de la Gueule, et j’ai vu des nuages de grenades explosantes au-dessus de Ravensbosch.
À Maastricht, nous sommes allés au gouvernement militaire au Vrijthof pour savoir où nous pourrions trouver le commissaire à l’alimentation. À l’entrée, je fus stoppé par un soldat en uniforme anglais. Il voulait me diriger dans une salle d’attente surpeuplée. Mais je suis reparti et j’ai demandé à mon conducteur de jeep, un soldat américain fortement armé, de m’accompagner. Il a demandé à la garde en anglais américain : « Ou est ton commander ? » Immédiatement nous furent emmenés au commandant, en passant par toutes les personnes en attente. J’ai porté le bracelet salamandre (symbole de la résistance).
Le commandant militaire s’est levé, il a envoyé les gens et était visiblement nerveux. Je me suis légitimé en montrant le bracelet, en tant que chef de l’L.O. de Valkenburg, j’ai raconté que la population était dans les cavernes, sans nourriture et sans soins médicaux et médicaments. J’ai demandé de la nourriture et son transport. Il a dit pouvoir s’occuper du transport. De plus, il savait que les stocks de l’armée allemande avaient été trouvés dans une usine à céramique et que le commissaire à la nourriture était là pour inventariser.

Pierre Schunck a écrit le reste de l’histoire plus tard. Il y continue :

J’ai trouvé le commissaire aux aliments dans l’usine de Sphinx. Il a grandement aidé. Dans la cuisine à soupe de Sphinx, un certain nombre de tonnes furent remplies de nourriture chaude. (Poubelles nettoyées)
Le transport s’est avéré être un grand camion de la cimenterie ENCI. Le pain provenait de l’usine de pain « Maastrichtse Broodfabriek », dans une fourgonnette d’une droguerie local. Ainsi, la question alimentaire était réglée.
Après quelques jours, la Croix-Rouge est venue avec un médecin, une infirmière, des officiers et une poignée de journalistes.
Plus tard, l’approvisionnement alimentaire fut poursuivi pour aider la population évacuée de Kerkrade, qui est venue partiellement à Valkenburg. Lorsque l’armée américaine a réussi à avancer dans le bassin houillière, le bombardement par l’artillerie allemande s’est arrêté. La population pouvait quitter les cavernes.

Pour savoir plus sur l’évacuation de Kerkrade, et en particulier de l’hôpital, lisez Dr. Gerd Kreijen, qui y était gynécologue. Après l’évacuation, une partie de cette population est venue avec Dr. Kreijen à Valkenburg. ( A raison du grand nombre d’hôtels. Dans hôtel Franssen fut installé un hôpital provisoire. ) Il était un cousin de ma mère et il a vécu avec nous pendant cette période.

Album : Résistance

Pierre Schunck
zoom 24.350649350649%