MenuStoffels & Berix text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in EnglishCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
image précédenteretour Indeximage prochaine

Stoffels & Berix

Original : 2464 × 3472 px

Cette recherche a également eu l’effet que je des gens sont devenu attentifs à moi, qui étaient déjà occupés avec des activités de résistance à cette époque.
Peu de temps avant la guerre, un conseiller fiscal spécialisé, Monsieur Stoffels de Bussum, me fut recommandé. Celui-ci était toujours réservé envers moi. Cependant, après cette perquisition son attitude était soudain plus ouverte et il parlait avec moi de la guerre et de l’ennemi.
En 1941, la licence pour la production de vêtements de travail de mineurs vint en danger pour la société Schunck à Heerlen si on n’iinstaurait pas une ligne de production séparée. On me demanda de m’accabler de cette organisation (ma véritable profession). Je débattais avec Stoffels sur l’administration et sur la direction de l’entreprise.
« Jan Langeveld » 1992

Stoffels connaissait une personne à Amsterdam, qui venait de l’industrie textile et il proposa de le demander s’il avait envie de venir au Limbourg.
Après quelques jours, il est revenu avec la communication : en effet, le jeune homme - un célibataire - voudrait bien venir. Il est Juif et il vient sous un faux drapeau. Il préférerait avoir une possibilité d’habiter dans l’entreprise pour qu’il ne doive pas aller dans la rue. La préparation est terminée en 1942. J’avais faire séparer déjà derrière l’entrepôt une pièce, où le plongeur qui arriverait bientôt pourrait vivre. Je ne savais pas (encore) son nom réel et je ne voulais aussi pas le savoir. Pour moi, c’était Jan Langeveld, comme il était indiqué sur sa carte d’identité, qui fit une impression défectueuse du reste. On l’avait maltraité avec une gomme par quoi le papier avait été endommagé. Typiquement quelque chose pour se faire remarquer tout de suite à la première examination.
Après que Jan Langeveld était déjà installé dans notre entreprise et que personne parmi les employés qui avaient déménagés du palais de verre à la Geleenstraat avec des machines etc. n’avait pas montré le moindre étonnement — après tout, une nouvelle entreprise a aussi besoin d’autres gens — non seulement mon plongeur se sentait un peu plus à son aise, mais moi aussi.

Nous sommes venus en contact avec un vicaire à Heerlen qui avait des problèmes avec l’habillement de ses co-humains qui plongeaient. Nous pouvions l’aider avec ses problèmes et il promit de faire quelque chose pour les papiers de notre plongeur. Ce vicaire était Giel Berix. Le travail pour les plongeurs de ce vicaire n’eut pas encore de contact avec la résistance nationale. On essayait d’aider où c’était nécessaire. Seulement 1943, le tout fut organisé au niveau national, avec la participation de deux vicaires de Venlo et surtout d’un instituteur nommé Ambrosius, alias Jan Hendrikx. Et, d’abord ne tant que l’homme pour les vêtements des plongeurs et plus tard que le directeur du rayon de Valkenburg et ses alentours, je suis devenu membre de la résistance pour ainsi dire d’un incident à l’autre.
Si l’on m’aurait demandé soudainement : viens, participe & hellip ; je peux imaginer que je ne l’aurais pas fait, après une réflexion objective et à cause des dangers pour un homme marié avec des enfants et une entreprise avec des gens en danger également de perdre leur emploi. Mais là, je m’étais juste retrouvé dans cette situation. Je l’acceptais et je savais que ce devait être comme ça.

Album : Résistance

Pierre Schunck
zoom 24.350649350649%