Eugène Alphonse Georges van den Boorn <i>(Eugène)</i>
text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
Eugène Alphonse Georges van den Boorn est inscrit au mémorial de la Résistance de la province de Limbourg (NL) sur la
paroi de droite, ligne 03 #02


Limburg 1940-1945,
Menu principal

  1. Personnes
  2. Evénements/ Contexte
  3. Groupes de la Résistance
  4. Villes et Villages
  5. Camps de concentration
  6. Valkenburg 1940-1945

Tous les résistants tombés au Limbourg NL

précédentbackprochain
 

Eugène Alphonse Georges van den Boorn (Eugène)


 04-07-1911 Maastricht      05-11-1944 Effeld, Kr. Geilenkirchen (33)
- Les ecclésiastiques - Aide aux clandestins - Posterholt -



Maastrichtse Gevelstenen

    Eugène van den Boorn était originaire de Gronsveld, près de Maastricht [1] et, pendant l’occupation, il était recteur à Posterholt près de Roermond. Il était membre de l’L.O. à Roermond. [2 p.614]
    Fin octobre, le recteur Van den Boorn protestait vigoureusement contre le pillage du bétail et l’envoi d’hommes en tant qu’esclaves en Allemagne. Selon lui, le comportement des Allemands était contraire au droit humain et au droit international. Cela contrarie le lieutenant de Cologne E. Heyermann, qui était cantonné chez Van den Boorn. Les deux hommes ne s’entendent pas. Le lieutenant prit prétexte de la protestation pour s’attaquer à son hôte. Ce faisant, Heyermann et ses complices agissent de manière exceptionnellement violente. Dans la soirée du 28 octobre 1944, ils agressèrent sauvagement le recteur et l’enfermèrent dans la cave de sa maison. Ils y tiennent ensuite une fête sordide et emportent tout ce qui leur plaît. Dans la nuit, quatre membres de la Gestapo, dont Lammertz, amènent Van den Boorn, gravement maltraité, à Effeld. Heyermann et consorts portent les accusations les plus invraisemblables contre le recteur. Il serait en possession d’un émetteur secret, de munitions et d’un faux tampon. Le 1er novembre, Van den Boorn doit comparaître devant un Kriegsgericht (court martial) convoqué à la hâte. Le même jour, sur ordre de Lammertz, il fut exécuté avec cinq déserteurs allemands dans le cimetière d’Effeld [2 p.632]
    Wilhelm Lammertz d’Eschweiler, le commandant de cette poste de la Gestapo à Effeld, juste de l’autre côté de la frontière, a également fait fusiller les résistants Pierre Gruijters et Ab Schols.
    A. van den Akker s.j. écrit sur heiligen.net [3]:
     Il protestait pendant la Seconde Guerre mondiale contre la déportation de personnes et le vol de bétail par les occupants allemands. Il appelait cela une violation du droit international et de l’humanité. Le dimanche 29 octobre 1944, jour de la fête du Christ Roi, il fut arrêté. Ce matin-là, il avait prêché sur les paroles de Jésus : Mon royaume n’est pas de ce monde. Le soir, il fut ramené chez lui et enfermé dans la cave pendant que les soldats bredouillants buvaient son vin. Un peu plus tard, ils l’ont emmené dans le village allemande d’Effelt, l’ont condamné à mort lors d’un procès spectacle et ont exécuté la sentence le même jour. Le recteur van den Boorn n’a été ni canonisé ni béatifié.
    Il figure dans l’« Erelijst 1940-1945 » ( liste d’honneur du Parlement néerlandais ). [4]

    Notes

    1. https://www.postert.nl/Journaal/wist_u.htm
    2. Dr. F. Cammaert, Het Verborgen Front – Geschiedenis van de georganiseerde illegaliteit in de provincie Limburg tijdens de Tweede Wereldoorlog. Doctorale scriptie 1994, Groningen
      6. De Landelijke Organisatie voor hulp aan onderduikers • p.614 • p.632
    3. heiligen.net
    4. Erelijst 1940-1945
    5. Oorlogsgravenstichting.nl
    6. https://www.4en5mei.nl/oorlogsmonumenten/zoeken/1747/posterholt-monument-voor-rector-e-a-g-van-den-boorn