Hubert Maria Knops <i>(Hubert)</i>
text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
Hubert Maria Knops n’est pas ( encore ?) sur les murs de la chapelle.
Liste


Monument aux morts à Aachen-Eilendorf

Limburg 1940-1945,
Menu principal

  1. Personnes
  2. Evénements/ Contexte
  3. Groupes de la Résistance
  4. Villes et Villages
  5. Camps de concentration
  6. Valkenburg 1940-1945

Les résistants tombés au Limbourg NL

précédentbackprochain
 

Hubert Maria Knops (Hubert)


 05-08-1888 Heerlen      23-04-1944 Echt (55)
- Aide aux clandestins - Les ecclésiastiques - Echt -



Het Grote Gebod – L.O.

    Hubert Knops était le curé de Koningsbosch, commune d’Echt. [1]
    Son assistant était le vicaire Leo Verdonschot. Ce dernier avait pris en charge un jeune homme de 17 ans originaire de Mönchen-Gladbach, soupçonné d’être membre des Pirates Edelweiss. [2]
    Ce H. Greune était un évadé astucieux, qui fut arrêté à plusieurs reprises, mais qui réussit également à s’échapper à plusieurs reprises. Il racontait tout ce qu’il savait à un soldat allemand déserteur, qui se cachait également à Koningsbosch et avec lequel il s’était lié d’amitié. Cammaert parle de ces deux-là :

    Les choses se sont moins bien terminées pour Borowitsch. A la mi-février, des soldats l’ont arrêté. Au cours des interrogatoires, il révéla tout ce qu’il avait entendu de Greune. Il déclara que des déserteurs allemands se cachaient dans les bois et mentionna les noms de Bleijs et Verdonschot. Le mercredi des Cendres, 23 février, le Sipo et plus d’une centaine de soldats entreprirent une action de grande envergure. Ils fouillèrent les bois autour de Koningsbosch et encerclèrent l’église où une célébration eucharistique venait de se dérouler.
    Après la messe, les militaires arrêtent le vicaire Verdonschot, le curé H.M. Knops et une douzaine d’habitants de Koningsbosch. Les recherches dans les bois ne donnent rien. Verdonschot est déporté de Vught à Sachsenhausen au début du mois de septembre 1944. En février 1945, il arrive très affaibli à Bergen-Belsen, où il meurt le 2 mars 1945.
    Le père Knops fut relâché en mars 1944, mais mourut le 23 avril de la même année des suites de son calvaire à la prison à Maastricht.
     [3]

    À Maastricht, il y avait deux prisons l’une à côté de l’autre sur la Patersbaan. Elles étaient communément appelées la prison allemande et la prison néerlandaise. Voir Minderbroederskloosters Maastricht. ( Cliquez sur la photo ci-contre pour l’agrandir et obtenir plus d’informations. )Le père Knops est enterré dans le Cimetière catholique de Koningsbosch, tombe en face de l’entrée au milieu du dos. [4]


    Minderbroederskloosters Maastricht.

    Foto: NIMH

    Notes

    1. Open Street Map Koningsbosch
    2. Edelweißpiraten, Wikipedia • NederlandsDeutschEnglishFrançaisPortuguês
    3. Dr. F. Cammaert, Het Verborgen Front – Geschiedenis van de georganiseerde illegaliteit in de provincie Limburg tijdens de Tweede Wereldoorlog. Doctorale scriptie 1994, Groningen
      6. De Landelijke Organisatie voor hulp aan onderduikers, p.627
    4. Oorlogsgravenstichting.nl