Les résistants tombés dans la province néerlandaise du Limbourg.
Menu text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
 

Les résistants tombés dans la province néerlandaise du Limbourg.

précédentbackprochain

Wittem

Redemptoristenklooster_(Wittem)


Libéré : 1944-09-15

Le Père B.J. Baars, chef du sous-district de Wittem de la LO, est devenu victime d’une infiltration dans l’hôpital militaire dans son monastère par un sergent allemand, un certain Lambertz d’Aix-la-Chapelle, qui déclarait vouloir déserter parce qu’il était un si bon chrétien.Au début, il était peut-être même sincère. Cette infiltration est suivie, le 21 juillet 1944, d’une vague d’arrestations qui sera bientôt appelée «Le coup de Wittem» : P. Horbach, H.J.D. Hamers, J.M.W. Bisschoff, le Père Baars, J.H. van Houtem, Ortmans, les frères E.A.H.M. et J.M.H. Merckelbach, le clandestin G. Pirovano, les vicaires P.H.H. Houben et L.M.H. Penders et deux habitants de Vaals non impliqués. Les vicaires Wermeling et Franck ainsi qu’A. Noppeney ont pu s’échapper. J. Merckelbach et les deux habitants de Vaals furent relâchés après quelques jours. Les autres furent transportés de Maastricht à Vught le 1er août et cinq jours plus tard à Sachsenhausen, d’où ils ont été répartis entre plusieurs camps. Seuls trois des dix prisonniers survivent aux camps. Les autres sont morts en Allemagne : H.J.D. Hamers ( Oranienburg, 29-12-1944 ), J.M.W. Bisschoff ( Buchenwald, 23-4-1945 ). B.J. Baars ( Bergen-Belsen, 27-4-1945 ), J.H. van Houtem ( Lübeck, 28-5-1945 ), L.M.H. Penders ( Bergen-Belsen, 24-4-1945 ), P.H.H. Houben ( Ludwigslust, 19-5-1945 ) et E.A.H.M. Merckelbach ( Neuengamme, 15-1-1945 ).( Pour en lire plus, Cammaert VIb, pp. 697-699 ).
Une description détaillée à l’occasion du dévoilement d’une plaque commémorative le 21 juillet 2015 près du monastère Arnold Janssen entre Wahlwiller et Mechelen ( ce qui n’est pas Malines !).

  • Voir aussi : Bericht aan Hare Majesteit par Rosalie Sprooten, p. 134 : Verraad of infiltratie?
  • tracesofwar.com Plaque Slap of Wittem
  • Wittem – 5 pers.   ⇒Tous les résistants tombés au Limbourg NL
    Baars,
    Bernhard J.
    Jacques
    ∗ 1913-10-20
    Rotterdam
    † 1945-04-27
    Bergen-Belsen
    Wittem - L.O. - Le Père B.J. Baars C.s.s.R. était le chef du sous-district LO-Wittem, qui appartenait au district de Gulpen. Les réunions de district avaient lieu alternativement dans la maison des Sœurs de la Charité à Gulpen, dans le couvent des Pères Rédemptoristes à Wittem et dans le couvent des Sœurs Franciscaines à Nijswiller. Il fut arrêté au coup de Wittem le 21 juillet 1944.
    paroi de droite, ligne 38-01
    Houben,
    Hubertus Petrus Hermanus
    Sjeng
    ∗ 1915-07-09
    Eys, gem. Wittem
    † 1945-05-19
    Ludwigslust
    Wittem - L.O. - ecclésiastique - Hubertus Petrus Hermanus Houben était chapelain à Epen et responsable de l’Action catholique. Il administrait les fonds de charité dans le district de Gulpen de l’L.O., avec les chapelains Wermeling et Penders et avec Jaques Knops et Sjeng Coenen, jusqu’à ce que Penders le reprenne seul. Il fut arrêté au coup de Wittem le 21 juillet 1944. Peu après sa libération, il mourut à Ludwigslust (Mecklembourg) des suites de son calvaire dans le camp de concentration de Neuengamme. Il est enterré dans le cimetière catholique d’Eys.
    paroi de droite, ligne 39-05
    Houtem, van
    Johannes Hubertus
    Lange Sjeng
    ∗ 1917-06-16
    Mechelen
    † 1945-05-28
    Lübeck
    Wittem - L.O. - contact local - Sjeng ( Jean ) van Houtem de Wylré était mécanicien automobile et le contact local entre ceux qui se cachaient ( les soi-disants plongeurs, onderduikers ), et la direction du sous-district de Wlré de la L.O. (contact local : duikhoofd). Il fut arrêté le 21 juillet 1944 au coup de Wittem et via Maastricht, il fut emmené au camp de concentration de Vught. Il s’est ensuite retrouvé dans le camp de concentration de Sachsenhausen à Oranienburg. Au fur et à mesure que les Russes se rapprochaient, les SS envoyaient leurs prisonniers de plus en plus loin à l’intérieur d’Allemagne. Ces voyages meurtriers s’appelaient des marches de la mort. Sjeng fut libéré par les Russes dans la forêt de Wittstock.
    Son état était très mauvais à l’époque. Le 6 mai 1945, la Croix-Rouge suédoise le conduit dans un hôpital d’urgence de Lübeck, ce qui était libéré par les Britanniques le 2 mai. Il y meurt le 28. Il fut d’abord enterré dans le « Vorwerker Friedhof » à Lübeck. Près de 3 000 morts des camps de concentration, Allemands, Néerlandais, Polonais, Estoniens, Lettons, Ukrainiens et Russes reposent dans ce cimetière. Il fut réinhumé au cimetière catholique de Wylré.
    paroi de droite, ligne 38-05
    Merckelbach /Merkelbach,
    Emilius Antonius Hubertus Maria
    Emile
    ∗ 1898-03-15
    Wittem
    † 1944-12-15
    Neuengamme
    Wittem - L.O. - Emile Merckelbach était membre des Provinciale Staten (Parlement provincial) du Limbourg et président de la Coöperatieve Veilingvereeniging Kring Gulpen (Association coopérative de vente aux enchères de produits agricoles, district de Gulpen). Le 21 juillet 1944, au Klap van Wittem, il est lui aussi arrêté. L’L.O. du district de Gulpen fut durement frappé ce jour-là. Son frère J.M.H. Merckelbach fut arrêté aussi, mais relâché après quelques jours.
    Selon oorloggravenstichting.nl, Emile mourut le 15 décembre 1944, selon Cammaert et vriendenkringneuengamme.nl le 15 janvier 1945.
    paroi de droite, ligne 38-02
    Wauthlé,
    Jozef
    ∗ 1923-07-15
    Mechelen (L)
    † 1944-11-27
    Brandenburg
    Wittem - Joseph Marie Hubertus Wauthlé était tourneur. Il tenta de s’enfuir en Angleterre, mais fut rattrapé à la frontière franco-suisse. Pendant les travaux forcés, il exprimait trop ouvertement son opinion, ce qui lui valut d’être condamné à mort. Dans l’acte de décès allemand, « Sterbeurkunde », la cause de la mort est l’exécution.
    En savez-vous plus ? Écrivez-nous !
    paroi de droite, ligne 38-03